Le Burkina Faso s’enrichit de nouveaux points d’échange Internet et d’atterrissement virtuel

Conformément aux ambitions de transformation numérique du pays, le gouvernement du Burkina Faso a investi la somme de 3,105 milliards FCFA dans la construction d’un point d’échange Internet (PIX) et d’un point d’atterrissement virtuel (PAV) dans la ville de Bobo-Dioulasso. Les deux infrastructures, logées dans les locaux du Centre émetteur à Sarfalao, ont été officiellement inaugurées le 4 septembre 2020 par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré (photo).

Le point d’échange Internet permettra l’interconnexion locale entre opérateurs télécoms et fournisseurs de services Internet. Cette interconnexion améliorera le temps de latence du réseau, c’est-à-dire les délais de connectivité aux serveurs de données sur Internet, et améliorera fortement la vitesse de trafic. Le point d’atterrissement virtuel est un port sec pour câble sous-marin de fibre optique. Il assurera la gestion de la capacité de la bande passante internationale au profit des acteurs locaux du secteur des télécommunications.

Ces composantes essentielles du projet national d’infrastructure de télécommunications à haut débit ont été réalisées dans le cadre du projet régional d’infrastructure de communication électronique d’Afrique de l’Ouest, composante du Burkina Faso financée par la Banque mondiale. Elles viendront consolider la qualité de la connectivité Internet, sensiblement améliorée depuis juillet 2018 avec l’entrée en service du point d’échange Internet et du point d’atterrissement virtuel de Ouagadougou.

Le Premier ministre a indiqué que « la mise en exploitation du PAV et du IXP de Bobo-Dioulasso viendra renforcer les capacités avec 15 nouveaux gigabits/seconde de la bande passante internationale dont 5 gigabits pour le PAV de Bobo-Dioulasso et 10 gigabits pour le PAV de Ouagadougou ». La ministre du Développement de l’économie numérique et des Postes, Hadja Fatimata Sanon, a souligné que la mise en service des 15 gigas supplémentaires fera passer la bande passante internationale globale disponible dans le pays à plus de 60 gigabits en 2020.